Mission Locale Vallée de Montmorency

Le réseau des missions locales

Présentes sur l’ensemble du territoire national, les 450 missions locales exercent une mission de service public de proximité avec un objectif essentiel : permettre à tous les jeunes de 16 à 25 ans de surmonter les difficultés qui font obstacle à leur insertion professionnelle et sociale. Ainsi, chaque année, 1,4 million de jeunes sont accompagnés par les missions locales.

Un accompagnement global au service de l’accès à la vie active

Depuis bientôt trente ans, les missions locales ont développé un mode d’intervention global au service des jeunes qui consiste à traiter l’ensemble des difficultés d’insertion : emploi, formation, orientation, mobilité, logement, santé, accès à la culture et aux loisirs. Cette approche globale est le moyen le plus efficace pour lever les obstacles à l’insertion dans l’emploi et dans la vie active.

Des services proposés aux jeunes dans trois domaines : professionnel, social et vie sociale

  • Définition du projet professionnel, accès à une formation professionnelle, recherche d’emploi et intégration dans l’entreprise.
  • Information sur la santé et accès aux soins, recherche d’un hébergement et accès à un logement autonome.
  • Accès aux droits, participation citoyenne, accès aux activités culturelles, sportives et de loisirs.

Le métier des missions locales : accueil et entretien avec les jeunes, réseau avec les partenaires locaux

  • L’accueil de proximité est primordial pour les missions locales qui ont mis en place plus de 5000 lieux ouverts au public. Les jeunes se rendent à la mission locale de manière volontaire et sont accueillis immédiatement pour une première réponse à leur demande ou un premier entretien avec un conseiller.
  • L’accompagnement en entretien est le principal mode d’intervention. C’est au cours de l’entretien que le conseiller aide le jeune à s’orienter et détermine avec lui les moyens à mobiliser pour réaliser toutes ses démarches.
  • Afin d’apporter aux jeunes tous les services nécessaires pour lever les freins à l’insertion, la mission locale dispose d’un réseau de partenaires locaux : entreprises, organismes de formation, service public de l’emploi, services de santé de logement et d’action sociale, services publics locaux, collectivités, associations, etc.

Un outil d’intervention en direction de la jeunesse associant l’Etat, les collectivités locales et les acteurs du territoire

  • Pour s’adapter au plus près de situations locales, les missions locales ont un statut associatif. Les présidents des conseils d’administration sont toujours des élus participant au financement des missions locales. Dans leurs instances associatives, les missions locales fédèrent les élus des collectivités territoriales, les services de l’Etat, Pôle emploi, les partenaires économiques et sociaux et le monde associatif.
  • Les missions locales sont une forme de mise en commun de moyens entre l’Etat et les collectivités locales. Ainsi, le financement des missions locales se répartit entre : l’Etat, les communes et établissements publics de coopération intercommunale, les régions et les départements.

Les missions définies dans les textes

Les missions locales ont été créées il y a 31 ans par l’ordonnance n°82-273 du 26 mars 1982. Leurs missions de service public sont définies dans le code du travail (articles L5314-1 à 4) qui prévoit également un droit à l’accompagnement pour les jeunes de 16 à 25 ans révolus (article L5131-3). Ce droit est mis en œuvre par les missions locales (code du travail, article R5131-4) sous la forme du contrat d’insertion dans la vie sociale, le CIVIS. Le rôle des missions locales dans l’accompagnement des jeunes qui sortent sans diplôme du système de formation initiale est reconnu dans le code de l’éducation (articles L313-7 et L313-8). De même, lorsque leur situation le justifie, les jeunes de moins de 25 ans bénéficiaires du revenu de solidarité active sont orientés par les conseils généraux vers les missions locales (code de l’action sociale et des familles, article L262-29). 

Les chiffres-clés du réseau des missions locales

  • 12 232 professionnels de l'insertion
  • 534 000 jeunes en premier accueil
  • + de 1,4 million de jeunes accueillis en 2013 et 593 000 entrées en emploi
  • Les financeurs : État 38% ; communes et établissements publics de coopération intercommunale 21% ; régions 19% ; départements 5% ; Fonds social européen 3% ; autres organismes publics et privés 12%.

L’organisation du réseau

Sur le plan juridique, les missions locales ont une personnalité propre. Il s’agit d’associations créées à cette fin par des communes ou des groupements de communes. La présidence de l’association est assurée par un élu d’une collectivité territoriale participant au financement de la mission locale. Les instances associatives regroupent les élus des collectivités territoriales, les services de l’État, les partenaires économiques, sociaux et associatifs.

Cette organisation favorise ainsi la collaboration entre :

  • Les communes et établissement publics de coopération intercommunale, les départements et les régions.
  • Pôle emploi, les administrations de l’emploi et de l’action sociale, les établissements scolaires, les centres d’information et d’orientation, le réseau d’information jeunesse, les services de la protection judiciaire de la jeunesse, les services des droits des femmes.
  • Les organisations syndicales des employeurs et des salariés, les chambres consulaires, les réseaux associatifs.

Dans chaque région, est constituée une association régionale présidée par un élu local, et dotée d’une animation régionale :

  • Elle est l’interlocutrice de la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi, des autres services de l’État et du conseil régional.
  • Elle participe à l’élaboration et au suivi des programmes d’animation régionale.
  • Elle est représentée au Conseil national des missions locales.

 

La Mission Locale Vallée de Montmorency

 

Nos 3 lieux d’accueil

Siège de la Mission Locale

Mission Locale Vallée de Montmorency
30, rue de la Station
95130 Franconville

Tel : 01 39 32 66 03

Fax : 01 34 13 42 16

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Antenne d’Ermont

37 bis, rue Maurice Berteaux
95120 Ermont

Tel : 01 34 44 20 60

Fax : 01 34 44 20 69

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Antenne de Montigny-lès-Cormeilles

224 bis, rue du général De Gaulle
95370 Montigny-lès-Cormeilles

Tel : 01 30 26 10 92

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Nos horaires d’ouverture

  • Lundi

08h30 - 12h30 et 13h30 - 17h30

  • Mardi

08h30 - 12h30 et 13h30 - 17h30

  • Mercredi

08h30 - 12h30 et 13h30 - 17h00

  • Jeudi

08h30 - 12h30

  • Vendredi

08h30 - 12h30 et 13h30 - 17h00

 

 

Communes d’intervention et permanences :

Franconville

Accueil au siège de la Mission Locale Vallée de Montmorency, toute la semaine.

Ermont

Accueil à l’antenne de la Mission Locale Vallée de Montmorency, toute la semaine.

Eaubonne

Présence de Marion BRISAC/ Thomas PELARD le lundi après-midi, au Bureau d’Information Jeunesse d’Eaubonne (18, rue de Soisy – 95600 Eaubonne – 01 34 27 67 28).

Présence de Loïc KALBFUSS le mercredi après-midi, au Bureau d’Information Jeunesse d’Eaubonne (18, rue de Soisy – 95600 Eaubonne – 01 34 27 67 28).

Le Plessis-Bouchard

Présence de Sylvie PELCZ le jeudi matin, en mairie (3, rue Pierre Brossolette – 95130 Le Plessis-Bouchard – 01 34 13 71 39).

Saint-Prix

Présence de Sylvie FERNANDEZ le mercredi matin, à l’espace emploi de Val et Forêt, situé dans l’enceinte de la Police Intercommunale (78, rue du général Leclerc – 95390 Saint-Prix – 01 39 59 93 25).

Beauchamp

Présence de Elodie DUPUY le mercredi après-midi au Bureau d’Information Jeunesse de Beauchamp (128 bis, chaussée Jules César – 95250 Beauchamp – 01 34 40 57 87).

Sannois

Présence le jeudi matin de Viviane TRAMONTANA, le mardi matin de Max RASTOCLE et le vendredi matin de Laetitia CHADIRAC. Les permanences ont lieu à la mairie de Sannois, au service emploi, à l’entresol (1, place du Général Leclerc – 95110 Sannois – 01 39 98 21 37).

Montlignon

Aucune permanence à ce jour sur la commune de Montlignon.

Herblay

Présence de Stéphanie VALISSANT le lundi après-midi de 14h à 17h au BIJ d’Herblay situé 2, rue du Val – 95220 Herblay. Tel : 01 39 97 04 82. Permanence également le mardi matin de 9h à 12h au CCAS de la ville. 52, rue de Paris – 95220 Herblay. Tel : 01 34 50 31 60.

Montigny-Lès-Cormeilles

Accueil à l’antenne du Parisis de la Mission Locale Vallée de Montmorency, toute la semaine.

Cormeilles-en-Parisis

Présence de Gilles BARBA le vendredi matin et présence d’Elodie DUPUY le lundi après-midi au CCAS (3, avenue Maurice Berteaux – 95240 Cormeilles-en-Parisis – 01 34 50 47 00).

Ateliers de recherche d’emploi tous les mardi matin au Cyberespace/PIJ (Rue Prébendes – 95240 CORMEILLES-EN-PARISIS – 01 34 50 26 66).

La Frette-sur-Seine

Présence de Stéphanie VALISSANT le mardi après-midi au 1er étage de la mairie (55, quai de Seine – 95530 La Frette-sur-Seine – 01 39 31 50 00).

 

Trois critères d’accompagnement en Mission Locale :

  • Une démarche individualisée, définie avec l’accompagné

Les objectifs ne sont pas prescrits par l’accompagnateur, mais définis ensemble, à partir des désirs et besoins exprimés par l’accompagné. De même, le plan d’action pour atteindre ces objectifs. Il s’agit d’une démarche individualisée, proposant un cheminement individuel. Le mode d’intervention est souple, modulé, adapté aux besoins de la personne.

  • Prendre en compte la situation globale

Objectifs et moyens doivent prendre en compte l’ensemble de la situation de la personne, afin d’avoir le plus de chances que l’accompagné mène à terme la démarche choisie. Cela implique d’individualiser le cheminement, du parcours de la personne, en mobilisant le réseaux de partenaires selon les besoin, et en visant l’intégration sociale, pas seulement l’intégration professionnelle.

  • Rechercher l’autonomie

L’accompagnement ne vise pas seulement à résoudre un problème particulier à un moment donné, mais à ce que l’accompagné devienne plus autonome pour résoudre les problèmes futurs, et ait donc besoin de moins d’aide, et même de moins d’accompagnement pour cela.

 

 

 

 

SITE INTERNET http://www.mlvm.asso.fr/v2/

RAPPORT D’ACTIVITE 2013 http://mlvm.asso.fr/RA/RA_2013.pdf